L’inox dans tous ses états

Il fait l’objet de nombreuses prescriptions d’architectes dans les projets auxquels contribue La Manufacture du Métal : en métal structurel, en finition pour des ouvrages extérieurs, en tube pour du piétement de mobilier , et bien-sûr en feuille pour la restauration ou l’univers médical. 

Ces derniers temps les demandes augmentent car l’inox, c’est résolument tendance !

Pour illustrer les différents usages de l’inox : prenons un ascenseur. De sa structure au revêtement de sa cabine et de ses portes en passant par la plaque de commande : l’inox y est présent partout !

Pourquoi choisir l’inox ?

L’inox se trouve souvent mis en œuvre en extérieur pour sa robustesse ou dans un milieu nécessitant un haut niveau d’hygiène comme la cuisine (ustensiles, cuves et plan de travail en restauration) ou le domaine médical (outils chirurgicaux et paillasses). Cela s’explique par la composition de ce métal : de l’acier auquel on ajoute du chrome à hauteur de 10%, lui conférant une dimension inoxydable c’est-à-dire qu’il ne rouille pas. D’où son nom « acier inoxydable », couramment raccourci en ‘inox’.

Ainsi, l’inox ne craint ni les intempéries ni les nettoyages à grande eau. On le retrouve très largement dans l’industrie agroalimentaire, le bâtiment ou encore les constructions automobiles, navales et aéronautiques.

En architecture, sa résistance aux assauts du temps et son peu d’entretien séduisent les créateurs de projets, en structure comme en surface de finition. Pouvant être travaillé pour offrir une surface réfléchissante, il permet notamment de mieux s’intégrer dans son environnement et ainsi être accueilli favorablement par la population.

Il présente en outre un argument de choix dans le choix des matériaux en 2020 : il est extrêmement durable et 100% recyclable ! L’acier est d’ailleurs le métal le plus recyclé au monde. Aux Etats-Unis, on recycle davantage d’acier que de papier, de plastique, d’aluminium et de verre réunis !

 

L’inox au fil du temps

A l’origine, c’est pour la coutellerie vers 1825 que l’on essaya l’ajout du chrome à l’acier pour éviter la rouille. Mais ce n’est qu’en 1911 que l’allemand Philip Monnartz mit évidence l’influence du taux en chrome des alliages et leur résistance à la corrosion. Ces découvertes furent par la suite mises à profit dans la fabrication d’armes à feu et de navires.

Aujourd’hui, ce matériau métallique s’est imposé autant en architecture qu’en aménagement intérieur. En feuille, en plaque ou encore de tube, il peut être façonné de différentes manières.

Parmi les célèbres ouvrages en acier inoxydable on peut citer le Golden Gate de San Francisco, construit en 1933, long de plus de 2700 mètres. Les ingénieurs affirment qu’aujourd’hui, le même pont pourrait être construit avec un poids réduit de moitié grâce aux progrès techniques réalisés. L’artiste anglais Anish Kapoor a quant à lui imaginé une sculpture de 168 plaques d’acier inox soudées pour offrir à Chicago cet étonnant Cloud Gate, formant un miroir géant. C’est d’ailleurs l’une des spécificités de l’acier inoxydable : on l’utilise autant en structure qu’en finition si bien que l’on peut passer devant de nombreux édifices en inox sans même s’en apercevoir.
Le célèbre artiste Jeff Koons utilise lui aussi l’inox pour ses sculptures parmi lesquelles le Lapin.

Quelques-unes de nos réalisations en inox…

Un projet que nous avons adoré…

Laurent Vermeersh, architecte associé du cabinet H&V, nous a confié différents lots inox (claustra mobile ci-contre et éléments de cuisine) sur cette belle réalisation en Belgique. La revue ‘Architectura’ y a consacré un article : Sublimer l’inox pour renforcer la beauté d’un site rural. La cuve en inox du couloir de nage a été fabriquée par un pisciniste bordelais.

Qu’est-ce que l’inox 18/10, 18/0 et 13/0 ?

 

Ces chiffres indiquent la composition de l’acier inoxydable. Le premier correspond au pourcentage de chrome et le second celui du nickel. Ainsi, de l’acier 18/10 est constitué avec 18% de chrome et 10% de nickel. La teneur en chrome plus élevée confère une résistance à la corrosion. Le nickel apporte à la fois brillance et résistance. Ainsi l’acier 18/10 est plutôt utilisé dans l’industrie et l’architecture, le 13/0 pour des lames de couteau par exemple.

Philippe, métallier

La Manufacture du Métal

Crédits photos : Russ Ward / Unsplash – H&V Architecture – La Manufacture du Métal